La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat !

Le gouvernement vient d’annoncer le contenu des fameuses ordonnances du docteur  Macron !
Ces ordonnances, si elles venaient à s’appliquer, bouleverseraient la vie et les conditions de travail de 18 millions de salariés. ROBERTET n’échapperait pas à la règle !

Cette nouvelle réforme du Code du Travail, est la plus mauvaise réponse à une vraie question :
Comment faire baisser le chômage ?
Le Code du Travail n’a aucun effet sur l’emploi, ce n’est pas sa vocation, il permet juste d’assurer un minimum de droits et de règles communes pour l’ensemble des salariés.

Croire que c’est en précarisant les salariés, en les licenciant plus facilement, en contournant les syndicats, en accroissant le pouvoir unilatéral du chef d’entreprise que l’on rendra les entreprises plus compétitives, est vraiment une vision du passé !

Fusion des Instances Représentatives du Personnel (CE, DP, CHSCT) :
Selon la ministre du travail, la présence de trois Instances Représentatives du Personnel  différentes dans l’entreprise obligerait l’employeur à répéter trois fois la même chose et empêcherait les élus d’avoir une vision d’ensemble. Cette affirmation traduit une méconnaissance des spécificités de chaque institution et des échanges qui s’instaurent naturellement entre les élus et mandatés de chacune d’entre elles.

MANIFESTATION à NICE
10H30 devant la Gare SNCF
MARDI 12 SEPTEMBRE 2017

Guerre éclair contre le monde du travail

Projet Macron : Enrichir les plus riches en appauvrissant les plus pauvres !

Fusion des instances représentatives du personnel : danger pour les salariés !

La Loi Travail XXL prévoit de fusionner les instances représentatives du personnel (Délégué du Personnel, Comité d’Entreprise, Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail, Délégué Syndical) car, pour ce gouvernement, ces instances sont un frein à la productivité et à la rentabilité. A défaut de les supprime la Loi Travail va réduire leurs rôles et prérogatives.

Le contrat de travail : le salarié ne pourra plus refuser les modifications !

Toute modification du contrat de travail et des éléments qui le constituent, nécessite l’accord de l’employeur et du salarié. Les projets d’ordonnances « Macron » ont pour volonté de pousser encore plus loin la précarisation et la flexibilisation du contrat de travail.

Hiérarchie des normes : la grande remise en cause !

En droit général, chaque norme doit respecter une norme de niveau supérieur à laquelle elle apporte des précisions. En cas de conflit, c’est la norme la plus favorable aux salariés qui s’applique. Les ordonnances travail prévoient l’inversion de la hiérarchie des normes : le Contrat de travail ou l’Accord d’entreprise pourront être moins favorable que la Convention collective ou le Code du travail !
Le code du travail ne sera plus la règle minimale.

Pour obtenir des avancées sociales et s’opposer aux reculs qui touchent tous les salariés !

MARDI 12 SEPTEMBRE 2017
MANIFESTATION à NICE

Macron PDG de la France

Le 7 mai, sans grande surprise, un fossoyeur des droits sociaux a été mis en place à la tête du pays.

Sur le droit du travail, Macron, le président des banques, compte prendre tout le monde de vitesse et légiférer par ordonnances, c’est-à-dire en contournant le parlement.

Le barrage républicain contre l’extrême-droite, la démocratie représentative, celle où l’on nous demande notre avis tous les 5 ans, a pris du plomb dans l’aile !

Ce qui nous est promis : La Destruction du Code du Travail

  • Précarisation et bas salaires,
  • Atteinte aux droits à la retraite,
  • Casse de notre protection sociale,
  • Casse des services publics,
  • De graves atteintes aux libertés syndicales.

La 5ème République s’enfonce dans la crise, la misère explose, les banques, les entreprises font la course aux annonces de profits, les milliardaires se battent pour leur classement, mais partout en Europe, dans le monde, ce sont les peuples qui payent.

Mettons un coup d’arrêt aux politiques de destruction systématique des acquis sociaux !

Le pouvoir économique et les politiques publiques doivent être au service de la population, et non au service d’une minorité qui s’accapare les richesses produites par la majorité. Le capitalisme continue et continuera sa marche destructrice si les salariés ne prennent pas en main leur destin !

Le meilleur moyen de lutter est de se syndiquer :

  • Pour le progrès et la justice sociale,
  • Pour le droit de vivre et travailler dans la dignité,
  • Pour le respect des valeurs humaines !

Pour les patrons, tout est bon dans le Macron !

Le projet de loi Macron adopté à l’Assemblée grâce à l’article 49.3 et sur lequel s’est polarisée l’attention depuis plusieurs semaines, est un texte fondamentalement idéologique. Il est tentaculaire dans son contenu puis qu’il touche à de nombreux aspects du droit du travail et domaines économiques. Mais c’est aussi un fourre-tout très cohérent qui obéit à une logique libérale qui a déjà été la marque depuis de nombreux mois de la plupart des initiatives gouvernementales, en matière économique et sociale.