LE MEDEF en a rêvé, MACRON l’a fait !

En 2015 l’organisation patronale publiait un document listant ses préconisations en matière de contrat de travail. Deux ans plus tard le MEDEF est sur le point d’être exaucé sur toute la ligne !

  • Rupture conventionnelle collective pour contourner le Plan Social,
  • Faciliter les licenciements pour relancer les embauches,
  • Plafonner les indemnités prudhommes en cas de licenciement abusif,
  • Référendum d’entreprise pour permettre l’adoption d’un accord qui n’a pas été signé par les syndicats,
  • La « simplification » des institutions représentatives du personnel et la fusion CE, DP, CHSCT, …

Il ne suffit plus de s’indigner, il faut s’engager !
Se syndiquer à la CGT, c’est entrer en Résistance !

La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat !

Le gouvernement vient d’annoncer le contenu des fameuses ordonnances du docteur  Macron !
Ces ordonnances, si elles venaient à s’appliquer, bouleverseraient la vie et les conditions de travail de 18 millions de salariés. ROBERTET n’échapperait pas à la règle !

Cette nouvelle réforme du Code du Travail, est la plus mauvaise réponse à une vraie question :
Comment faire baisser le chômage ?
Le Code du Travail n’a aucun effet sur l’emploi, ce n’est pas sa vocation, il permet juste d’assurer un minimum de droits et de règles communes pour l’ensemble des salariés.

Croire que c’est en précarisant les salariés, en les licenciant plus facilement, en contournant les syndicats, en accroissant le pouvoir unilatéral du chef d’entreprise que l’on rendra les entreprises plus compétitives, est vraiment une vision du passé !

Fusion des Instances Représentatives du Personnel (CE, DP, CHSCT) :
Selon la ministre du travail, la présence de trois Instances Représentatives du Personnel  différentes dans l’entreprise obligerait l’employeur à répéter trois fois la même chose et empêcherait les élus d’avoir une vision d’ensemble. Cette affirmation traduit une méconnaissance des spécificités de chaque institution et des échanges qui s’instaurent naturellement entre les élus et mandatés de chacune d’entre elles.

MANIFESTATION à NICE
10H30 devant la Gare SNCF
MARDI 12 SEPTEMBRE 2017

Guerre éclair contre le monde du travail

Projet Macron : Enrichir les plus riches en appauvrissant les plus pauvres !

Fusion des instances représentatives du personnel : danger pour les salariés !

La Loi Travail XXL prévoit de fusionner les instances représentatives du personnel (Délégué du Personnel, Comité d’Entreprise, Comité d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de Travail, Délégué Syndical) car, pour ce gouvernement, ces instances sont un frein à la productivité et à la rentabilité. A défaut de les supprime la Loi Travail va réduire leurs rôles et prérogatives.

Le contrat de travail : le salarié ne pourra plus refuser les modifications !

Toute modification du contrat de travail et des éléments qui le constituent, nécessite l’accord de l’employeur et du salarié. Les projets d’ordonnances « Macron » ont pour volonté de pousser encore plus loin la précarisation et la flexibilisation du contrat de travail.

Hiérarchie des normes : la grande remise en cause !

En droit général, chaque norme doit respecter une norme de niveau supérieur à laquelle elle apporte des précisions. En cas de conflit, c’est la norme la plus favorable aux salariés qui s’applique. Les ordonnances travail prévoient l’inversion de la hiérarchie des normes : le Contrat de travail ou l’Accord d’entreprise pourront être moins favorable que la Convention collective ou le Code du travail !
Le code du travail ne sera plus la règle minimale.

Pour obtenir des avancées sociales et s’opposer aux reculs qui touchent tous les salariés !

MARDI 12 SEPTEMBRE 2017
MANIFESTATION à NICE

Loi Travail : Le Vote Citoyen

La démocratie ayant un sens pour les salariés, les jeunes, les privés d’emplois, les retraités :
Les organisations syndicales et de jeunesse, mobilisées depuis presque 3 mois décident d’un VOTE CITOYEN dans les entreprises, les administrations et les lieux d’étude.

80 ans des Congés Payés !

1936
Si l’on a coutume de les faire figurer en France, au tableau de chasse des événements du Front Populaire, il faut rappeler aussi que la revendication des congés payés est apparue lors du congrès de la CGT en 1926 !
Elle a été adoptée en janvier 1936, tant l’idée « d’être payé à ne rien faire » était encore « inconcevable » pour des ouvriers totalement asservis par le travail.

2016
80 ans après la généralisation des congés payés, Valls annonce l’utilisation du 49.3 pour faire passer en force la loi El Khomri de casse du Code du Travail.

valls49.3

LOI TRAVAIL = Travailler + Gagner – et Virer + facilement

Les mobilisations et le rapport de force depuis maintenant près de 3 mois ont contraint le gouvernement à proposer des modifications au projet de loi, pour tenter d’en minimiser les impacts, mais le compte n’y est toujours pas pour les salariés et pour la CGT.

Le projet demeure inacceptable, inamendable et doit être retiré !

Ce qui est toujours dans le texte :

– La possibilité de moduler le temps de travail sur 3 ans et de reculer d’autant le déclenchement d’heures supplémentaires ;

– La possibilité pour l’employeur de modifier les dates de congés payés au dernier moment ;

– Les licenciements boursiers sont légalisés ;

– Le plafonnement des indemnités prudhommes en cas de licenciement abusif devient un barème indicatif ;

– La généralisation du chantage à l’emploi avec l’extension des accords de compétitivité aux entreprises sans difficulté économique. Ceci permettra d’imposer aux salarié-es, baisse de salaire, horaire, flexibilité et mobilité, sous peine de licenciement ;

– L’inversion de la hiérarchie des normes, qui permet que l’accord d’entreprise remplace la loi ou la convention collective même s’il est moins favorable.

La CGT met tout en œuvre pour permettre de poursuivre et d’amplifier
la mobilisation et appelle tous les salariés à s’inscrire dans le mouvement !